Le Karachigate fait beaucoup parler ce matin

C’est probablement la nouvelle de la journée, et c’est une bien mauvaise façon de commencer l’année pour l’actuel Président de la République Nicolas Sarkozy : le journal Libération nous révèle ce matin que ce dernier était bel et bien au courant de ces rétrocommissions et aurait validé les commissions, en 1994, et selon sa fonction de ministre du Budget et pièce majeure de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur. Une nouvelle qui n’a pas manqué de faire réagir la classe politique qui égrenait les radios et plateaux télévisés ce matin.

Du côté du parti majoritaire, les violons sont accordés : que ce soit la ministre de l’écologie ou celui de l’éducation, le Gouvernement joue la transparence la plus complète, tous les documents nécessaires sont déclassifiés et il serait temps de laisser la justice jouer son rôle plein et entier. De plus, tous les ténors de l’UMP pointent du doigt le PS qui ferait mieux d’arrêter de jouer au procureur et au juge, car ils sont mal placés pour parler.

Du côté du PS, plus ou moins tout le monde s’accorde à dire qu’ils sont persuadés qu’effectivement, Nicolas Sarkozy savait, devait être au courant étant donné ses fonctions politiques de l’époque mais bien entendu il faut laisser la justice faire son travail, en toute indépendance si possible. Néanmoins, plusieurs responsables comme Benoit Hamon, Michel Sapin ou Pierre Moscovici demandent à Edouard Balladur et son ancien ministre de s’expliquer publiquement sur cette affaire, tout en affirmant ne pas lancer d’injonctions en parlant de la sorte. Petit bémol cependant ce matin avec Manuel Valls qui lui enjoint le Président de s’expliquer sur cette histoire.

EliDy