Jean-Marie Le Pen revient sur le devant de la scène médiatique

Ca doit être sa bonne résolution pour 2012 : revenir sur le devant de la scène politico-médiatique, faire son retour dans l’arène frontiste qui est maintenant entièrement dominée par sa...

Ca doit être sa bonne résolution pour 2012 : revenir sur le devant de la scène politico-médiatique, faire son retour dans l’arène frontiste qui est maintenant entièrement dominée par sa fille, pour prodiguer ses bons conseils, et ne surtout pas encore disparaître, lui qui a entièrement voué sa vie à son parti politique.

On l’aura donc vu cette semaine sur RTL, donner une interview au Point, défiler aux côtés de sa fille le 07 janvier lors de la commémoration du FN sur la naissance de Jeanne d’Arc où c’est lui qui a déclamé le discours, et non la candidate. Avec près de 7 meetings prévus pour lui rien qu’au mois de janvier, l’ancien candidat du Front National montre qu’il a bel et bien l’intention de jouer un rôle politique dans la campagne de Marine Le Pen.

Pour quel rôle exactement, quand on connait la volonté sans failles de sa fille pour dédiaboliser le parti et devenir respectable ? Rassurer les bases frontistes visiblement, qui ont toujours un peu de mal à se faire à la nouvelle présidente, une femme qui ne se déclare pas antisioniste, homophobe et qui prône l’intervention d’un état fort dans l’économie, ce qui est contraire aux habitudes libérales du fondateur du parti d’extrême-droite. Preuve d’ailleurs aujourd’hui quand dans les rangs du cortège frontiste on a pu apercevoir des militants de la GUD, ravis de revoir leur leader.

C’est donc lui qui s’est chargé aujourd’hui de discourir, durant la cérémonie de célébration frontiste, pendant une dizaine de minutes. Concédant que Jeanne d’Arc « appartient à la France et à tous les français », il en a cependant profité pour tacler l’intervention de Nicolas Sarkozy hier en Lorraine car la pucelle « n’appartient surtout pas aux partis qui n’en parlent jamais ». Au contraire selon lui la figure de Jeanne d’Arc est un véritable symbole pour la jeunesse qui doit fortement s’en inspirer et « se prendre en main ».

Ce discours aura également été pour Jean-Marie Le Pen l’occasion de délivrer des propos un peu plus politiques, en critiquant la discrimination positive, l’installation de plus en plus de médecins étrangers en France ou en demandant à la jeunesse de ne pas compter toujours sur l’état pour s’en sortir.

Si faire intervenir son père dans la campagne est sûrement risqué pour Marine Le Pen, ce dernier assume d’être « le meilleur connaissance de France des campagnes présidentielles » et c’est à ce titre qu’il veut donc agir, en sillonnant la France profonde, en tenant des discours et en organisant des banquets avec les bases militantes pour les rassurer sur sa fille qui, selon lui, « a donné un sursaut évident au Front National » et a « boosté l’action politique ». Et s’il reconnait qu’elle s’est beaucoup améliorée durant cette année, notamment dans le domaine économique, il lui accorde cependant un mauvais point concernant l’immigration, dont elle devrait beaucoup plus parler. Marine Le Pen va devoir trouver un équilibre entre exhiber son père devant les plus ardents frontistes, tout en l’éloignant de la sphère médiatique pour éviter les bavures.

EliDy